Communiqué RESF Créteil

mardi 12 novembre 2013
popularité : 1%

**COMMUNIQUÉ RESF

Créteil, le 10 novembre 2013

Dans le Val-de-Marne aussi, des élèves sont menacés d’expulsion !

Le mardi 12 novembre à 14 heures, le RESF94 rassemblera des délégations d’élèves, enseignants, parents, militants associatifs, venues des lycées Gutenberg et Léon Blum de Créteil, Jean Macé de Vitry, et autres. Dans le Val-de-Marne, d’autres Khatchik, d’autres Léonarda ont reçu des « obligations à quitter le territoire » et vivent dans la crainte permanente de l’expulsion.

Ainsi Wisale AGHERBI, élève en terminale MSA au lycée Léon Blum de Créteil, a reçu du préfet du Val-de-Marne une obligation à quitter le territoire dans un délai d’un mois ! Le prétexte : « ses parents ainsi que ses trois frères » vivent au Maroc ! Les élèves, enseignants et parents du lycée Léon Blum ont annoncé leur mobilisation à 14h ce mardi 12 novembre. Du coup, Wisale a été convoquée dès ce samedi 9 pour retirer un récépissé. Elle s’y est rendue en compagnie du maire de Créteil. Monsieur Catala et doit y retourner mardi. La vigilance s’impose pour que Wisale se voie attribuer un titre de séjour « vie privée et familiale » qui lui permettra de construire son avenir en France.

Ainsi Iness, élève du lycée Jean-Macé de Vitry-sur-Seine, malgré ses hospitalisations fréquentes dues à sa grave maladie, n’est toujours pas régularisée par la préfecture de police de Paris. Elle vit dans une précarité imposée par des « autorisations provisoires de séjour sans autorisation de travail » délivrées à sa mère. Nous exigeons de la préfecture du Val-de-Marne, où elles résident actuellement, un titre « vie privée et familiale ».

Ainsi Anilton, 19 ans, du lycée Jean-Macé de Vitry-sur-Seine, a reçu du préfet du Val-de-Marne une obligation à quitter le territoire dans un délai d’un mois en même temps que sa maman, alors qu’il est en France depuis plus de 5 ans ! C’est toute une famille qui est plongée dans une situation précaire et qui vit dans la crainte d’une expulsion. Nous exigeons de la préfecture du Val-de-Marne un titre « vie privée et familiale ».

Ainsi Sokona, du lycée Camille Claudel de Vitry-sur-Seine, qui n’obtient que des autorisations provisoires de séjour, au bout desquelles elle devra repartir dans un pays qui ne représente plus rien pour elle. Nous voulons qu’elle obtienne le droit de rester en France.

Ainsi Guerline, du lycée Gutenberg, ne se voit attribuer qu’une autorisation provisoire de séjour de quelques mois au terme de laquelle elle est "invitée" à quitter le territoire français. Originaire d’Haïti où il ne lui reste plus aucune famille, elle doit pouvoir obtenir un titre « vie privée et familiale » afin de poursuivre en paix ses études en terminale ASSP et envisager sereinement son insertion professionnelle dans un domaine où les besoins sont nombreux.

Ainsi Carla qui, ayant terminé ses études au lycée Gutenberg, est en recherche d’emploi, et vient de voir expirer son titre de séjour étudiant, ce qui la fait revenir à la situation précaire dans laquelle elle se trouvait il y a quatre ans, après des années de présence et de scolarité en France. Maman d’un petit garçon né ici l’an dernier, il lui faut son titre « vie privée et familiale » pour continuer dignement sa vie ici.
Des parents d’élèves sont aussi concernés : Annique qui travaille ici depuis près de 10 ans et ses trois enfants scolarisés dans le Val-de-Marne, c’est le refus de renouvellement de son titre de séjour à l’occasion d’un déménagement de Créteil vers le Plessis-Trévise, qui les plonge tous les quatre dans la précarité et le désarroi...

Il y a des Khatchik ou des Léonarda dans les établissements du Val-de-Marne. C’est pourquoi nous nous rassemblerons devant la préfecture de Créteil : pour réclamer la fin des OQTF et menaces d’expulsion, que la loi change et qu’elle régularise !

JPEG - 130.8 ko

Commentaires