DCEM, TIR, doc de voyage sur Créteil : envoi postal. On craint le pire !

vendredi 4 avril 2014
popularité : 1%

Du nouveau pour le DCEM, TIR et document de voyage pour mineurs réfugiés sur Créteil.

[*Tout doit se faire maintenant par voie postale !*]

Il faut télécharger les consignes avec la liste des pièces et envoyer le tout à la préfecture.
Les dossiers complets recevront un récépissé et une convocation dans un délai de deux mois.
Le parent viendra retirer le document avec son enfant et - ce n’est pas dit mais on peut le supposer - apportera les 45€ de timbres fiscaux.

Comme la préfecture perd assez souvent les dossiers, il vaut mieux les envoyer en recommandé pour garder une trace.

On peut être extrêmement inquiets de cette nouvelle procédure sur Créteil car à chaque fois - ou presque - qu’il y a un changement, il se fait au profit de l’administration et sur le dos des étrangers.
On se rappelle que la préfecture de Créteil avait inauguré du temps de Sarkozy et du préfet Dartout le système calamiteux pour les usagers du RDV internet pour les dépôts de dossiers et les naturalisations.
Depuis lors, le site reçoit continuellement des messages de personnes qui essaient d’obtenir en vain un RDV pour la naturalisation sur un site qui n’en a jamais à disposition et qui voient la validité de leurs pièces expirer avant d’être parvenus à leurs fins.
Avec la circulaire Valls, par peur d’une révolte générale ou sur consigne (?), la pref avait réouvert le guichet pour la régularisation.
Auparavant, les associations qui aidaient les étrangers passaient quelquefois des nuits blanches pour essayer de trouver un RDV pour les gens qui n’avaient pas internet, ne savaient pas lire quelquefois et qui n’auraient pu se débrouiller avec un logiciel débile et mal conçu. La pref changeait chaque semaine les heures et les jours d’ouverture de prise de RDV. Ils étaient ouverts à minuit, ou à trois heures du matin mais aussi 11h ou 2h de l’après-midi. C’était souvent le lundi mais aussi le vendredi mais les autres jours n’étaient pas exclus.
La pref, elle, tranquille, gérait les dossiers à son rythme en toute sérénité

On espère que la nouvelle réforme des TIR, DCEM et document de voyage pour réfugiés ne répond pas à la même logique et on est prêt à faire amende honorable au cas, bien improbable malheureusement, où le nouveau système apporterait une amélioration du service public.

PDF - 296.3 ko
Demande de document de circulation par voie postale (DCEM)
PDF - 294 ko
Demande de titre d’identité républicain par voie postale (TIR)
PDF - 291.9 ko
Demande de titre de voyage par voie postale ( réfugiés, protection subsidiaire)

Commentaires

Messages récents

9 décembre

Bonsoir Mes infos ne semblent pas sures ; désolée. voici le texte. L. 311-12 (Loi n° 2016-274 du 7 mars 2016 – art. 14 & 20) Sauf si sa (...) Bonjour
Difficile à dire . Vous risquez une amende d’une centaine d’euros à la frontière.Et vous serez peut-être fichée avec des difficultés ou (...)
Bonjour
Vous devez faire un recours à la commission. Allez à la secu et demandez l’adresse. Allez voir une association pour la lettre. Attention (...)
Bonjour Normalement, vous signez et vou travaillez immédiatement mais je suppose que vous pouvez repousser de cinq jours ! L’entreprise n’a pas à (...) Bonjour
je vous renvoie à la FAS CDS avec APS dan sla rubrique/Etudiants du menu
Bonjour, j’ai déposé un dossier complet demandant l’AME( après 4 mois d’existence en France) dans lequel j’ai fourni mes bulletins de paie que j’avais (...) Soueva,
Merci pour cette précision ! je vivrais mes jours avec beaucoup moins de stress d’ici le renouvellement :)
Amicalement vôtre (...)
Bonjour,
Je suis marocaine et mon titre de séjour étudiant a expiré il y’a maintenant 1 an, j’ai vécu en France de 2010 à novembre 2015 légalement (...)
Bonjour karim En fait, il s’agit bien d’un changement de statut car la procédure part à zéro.
Mais vous aurez la nouvelle carte"passeport talents" à (...)
Un exemple ne fait pas loi. mais il faut peut-êtr e voir les circonstances particulières. Peut-être cette personne travaillait-elle ne serait-ce (...)